Les grandes lignes de l’assurance vie multisupport

Lorsqu’on parle d’assurance vie, il est important de distinguer l’assurance vie en euros de l’assurance vie en unités compte. Dans cette dernière catégorie, on a l’assurance vie multisupport. Vous pouvez le choisir si vous voulez être moins exposé aux risques et avoir un meilleur rendement.

Une solution pour limiter les risques

Le capital pour l’assurance vie multisupport est réparti entre les placements sans risques appelés fond en euros et les placements plus dynamiques ou le fond en unités de compte. Les fonds en euros ne présentent aucun risque, ce qui n’est pas le cas pour l’autre. Les fonds en unités rapportent plus, mais il est important de bien choisir le placement pour que vos millions ne partent pas en un clin d’œil. Pour la répartition du capital, vous êtes libre de mesurer quel capital vous mettrez en péril. S’il porte le nom de « multisupport », c’est sans doute à cause de la diversité des placements : actions, monétaires, SPCI…

Les frais liés à l’assurance vie multisupport

Comme tout placement, les contrats d’assurance vie multisupport comprennent également des charges. Pour ce type de placement, ses frais peuvent être ses points faibles. Parmi les charges, on a les frais de versements et les frais de gestion. À part ces frais standards, l’assurance vie multisupport comprend également les frais d’arbitrage. Ces derniers peuvent être en forfait ou en pourcentage. Ils sont appliqués à toute opération de modification de la composition des fonds. Il faut également prendre en compte les frais de gestion additionnels. Ceux-ci sont tarifés au pourcentage par rapport aux frais de gestion initiaux. Pour les différentes opérations, vous pouvez faire appel à un gestionnaire. Ses honoraires viennent allonger la liste des frais, car il sera rémunéré en fonction de ce que rapporte votre assurance vie multisupport.