Dans quels cas effectuer un test de maternité ?

Il n’y a pas que la paternité qui peut être remise en doute. La maternité peut être dans certains cas remise en cause. D’où parfois, la nécessité de passer un test de maternité. Ce dernier nécessite la participation de l’enfant et de sa présumée mère. L’éventuelle participation du père peut également faciliter l’analyse.

Pourquoi faire un test de maternité ?

Le test ADN de maternité consiste à prouver la relation biologique entre une mère et son enfant. Il est souvent demandé dans le cas d’une personne adoptée qui souhaite retrouver sa mère biologique. Un test à domicile est faisable si vous souhaitez simplement obtenir une confirmation concluante du lien de parenté. Par contre, s’il s’agit d’une procédure légale comme le cas d’une adoption, d’un droit à l’héritage ou encore de regroupement familial pour une immigration (pour une naturalisation), il faut effectuer le test uniquement dans un laboratoire agréé. Une telle procédure est également nécessaire en cas de procréation médicalement assistée. C’est pour prouver que les équipes médicales ont vraiment implanté le bon embryon. Vous pouvez également demander un test de maternité après une longue séparation due un accident ou une catastrophe naturelle. Enfin, vous pouvez demander un test de maternité en cas de suspicion d’échange de bébé à la maternité.

Comment effectuer un test de maternité ?

L’enfant et la présumée mère doivent tous deux consentir au test. En effet, il faut envoyer un formulaire de consentement rempli par chaque participant au laboratoire. Ensuite, il faut envoyer un échantillon d’ADN des deux participants. Enfin, vous devez régler le prix du test. Le résultat de l’analyse est définitif. La probabilité de maternité est de 0% si la présumée mère n’est pas la mère biologique de l’enfant. Elle est d’au moins 99,99% si les ADN correspondent. Le résultat des tests est soumis au demandeur, en général, sous 4 jours ouvrables.