Les essentiels à connaître concernant l’ostéopathie

L’évolution de la médecine non conventionnelle a donné naissance à de nombreuses thérapies à l’image de l’ostéopathie. En quoi consiste un tel traitement ? Quels sont les fondements la rendant efficace ? Voilà des questionnements auxquels nous allons tenter de répondre dans cet article.

L’ostéopathie, c’est quoi ?

Par définition, l’ostéopathie est une médecine manuelle visant à traiter des troubles fonctionnels dans le corps que ce soit les douleurs articulaires, les troubles digestifs, les troubles de la circulation, ou autres. Elle est utilisée comme médecine complémentaire par les thérapeutes conventionnels à la suite d’un traumatisme dû à un accident, d’une intervention chirurgicale ou dans le cadre d’un problème cervical entraînant une perte de mobilité. Selon les spécialistes de la discipline, l’ostéopathie est non seulement une science, mais aussi un art. Elle est en effet basée sur la manipulation des os et des muscles. Le but d’une telle thérapie est de rééquilibrer les différentes structures du corps en rétablissant la mobilité pour certains et en revitalisant les mouvements pour d’autres. L’ostéopathe utilise son sens pour percevoir les dysfonctionnements et tente d’aider le corps à retrouver son aptitude à guérir de lui-même. L’accompagnement d’un ostéopathe est également conseillé aux femmes enceintes et à celles qui viennent récemment d’avoir un enfant.

Quels sont les principes de base de l’ostéopathie ?

La médecine ostéopathique est fondée sur trois postulats essentiels, à savoir l’unité de fonction du corps humain, le pouvoir d’auto guérison et la corrélation entre structure et fonction. Selon le premier principe, tous les éléments constitutifs du corps humain sont liés entre eux. Une seule petite affection à un endroit isolé peut induire un trouble du système en entier. De plus, le corps humain dispose d’un pouvoir d’autorégulation et c’est cette capacité naturelle que l’ostéopathie vise à rétablir. Par ailleurs, les praticiens ostéopathes considèrent que la fonction et la structure sont interdépendantes. Une perturbation d’un élément aura systématiquement une répercussion sur son fonctionnement.