L’Infection urinaire : un mal qui touche tout le monde

Fréquente envie d’uriner, lourdeur au bas ventre ou plus, une douleur pelvienne ? Tout ceci peut être les signes d’une infection urinaire. Ne tardez pas avant de consulter votre médecin pour en connaître la gravité et éviter toute complication.

L’infection urinaire : les femmes y sont plus vulnérables

L’infection urinaire touche plus les femmes que les hommes. Selon les études, chaque femme est sujette à ce type d’infection au moins une fois dans sa vie. Toutefois, tout le monde devrait être vigilant quant à son état de santé, notamment lorsqu’il touche cette zone du corps : les vessies et les reins. D’ailleurs, les signes d’une infection urinaire ne passent pas inaperçus. Comme symptôme, vous pourrez ressentir une sensation de lourdeur au niveau du bas-ventre, une envie fréquente d’uriner sans y arriver ou une brûlure à la miction. Sinon, il peut s’agir d’une urine trouble, de couleur très foncée et d’une odeur trop percée. Plus grave, l’infection urinaire peut entraîner de la fièvre d’au moins 39°C, des douleurs au niveau des reins ou pire, une perte de sang dans l’urine devrait vous alerter.

Quand l’infection urinaire touche les hommes et les enfants

Chez les hommes, l’infection urinaire est rare, mais présente une gravité assez considérable. En effet, elle est souvent associée à une infection de la prostate ou une prostatite. La gent masculine peut contourner facilement toute inflammation de l’urètre, pour une raison anatomique et en utilisant le préservatif. Le bébé aussi peut être victime de l’infection urinaire, notamment les filles. Il faut être très attentif pour percevoir les signes chez les enfants en bas âge, qui peuvent être une perte d’appétit, un poids stagnant, des cries ou des pleurs pendant la miction. Il se peut également que le bébé vomisse, somnole ou s’irrite pour rien, voire en permanence. Aussi, lorsque l’enfant a de la fièvre, il est toujours primordial d’accourir et de consulter votre pédiatre.

Comment dépister l’infection urinaire ?

Afin d’éviter toute complication, une atteinte des reins ou une septicémie, il est recommandé de consulter dès le premier symptôme. Seul le médecin saura déterminer le traitement adapté à votre mal. Une infection urinaire est très simple à dépister. Pour une cystite, il suffit d’un passage à la bandelette urinaire. Pour la pyélonéphrite par contre, il faudra une petite analyse d’urine pour localiser l’infection et en déterminer la gravité. Il s’agit d’un Examen cyto bactériologique des Urines qui sert à dépister la présence de globules blancs témoignant l’existence d’une infection et également à identifier les bactéries responsables.

Une simple antibiothérapie pour le combattre

Quoi qu’il en soit, toute automédication est proscrite en termes d’infection urinaire. Bien que vous ayez déjà souffert d’une telle infection auparavant et que vous connaissez très bien le traitement de celle-ci, il est impératif de connaître la vraie cause et les germes responsables de l’infection actuelle. Ceci vaut aussi bien pour une récidive que pour une nouvelle infection touchant un proche. Dans certains cas, un traitement par antibiotique d’urgence en intraveineuse est requis. En tout cas, l’antibiothérapie doit être respectée en termes de dosage et pendant toute la durée prescrite, même si vous vous sentez mieux et que vous pensez que la maladie est derrière vous.