Tout ce qu’il faut savoir sur l’infarctus du myocarde

Une maladie fréquente, l’infarctus du myocarde peut aussi bien frapper les jeunes que les personnes âgées. En Europe, plus de 10% de la population sont touchées chaque année pour différents causes. Cette maladie n’est pas cependant une fatalité, elle peut être très bien soignée à condition de la détecter à temps. Voici quelques pistes pour vous aider à mieux comprendre cette maladie.

Comment se manifeste l’infarctus ?

L’infarctus du myocarde mieux connu sous l’appellation « crise cardiaque » est une maladie du cœur se manifestant généralement par une douleur aigüe à la poitrine et par une difficulté respiratoire, voire même des nausées. Il est causé par une artère du cœur qui se bouche soudainement, d’où un dysfonctionnement du muscle cardiaque ou du myocarde qui est privé d’oxygène.

Quels sont les facteurs de risque?

Les principaux facteurs reconnus sont généralement l’âge, après 55 ans, le risque est beaucoup plus grande notamment chez le sexe masculin. L’infarctus peut aussi être lié à une hérédité ou à un excès de consommation de tabac. L’excès de cholestérol et le diabète est aussi détecté comme premier responsable de l’infarctus. Il en est de même pour la crise d’angoisse permanente, le manque d’activité physique et l’hypertension artérielle.

Comment prévenir la maladie ?

Pour ce qui est de la prévention de l’infarctus myocarde, il n’y a pas de choses contraignantes à faire. Il suffit de pratiquer du sport, avoir une alimentation équilibrée, limiter la consommation de graisses animales et privilégier celles en végétales. Il faut surtout réduire le taux sucre, et la consommation de viande rouge, qui est pointé du doigt comme un sérieux danger pour la santé. De préférence, il convient de manger du poisson, de la viande maigre en graisse (comme le poulet et la dinde) et riche en oméga 3, et réduire la consommation de la charcuterie.

Qu’en est-il des traitements?

Une fois le diagnostic suspecté, il convient de mettre une unité mobile de réanimation immédiate, dans le but d’éviter les troubles du rythme cardiaque, traiter la douleur et améliorer l’oxygénation. Il existe deux moyens de permettre un désengorgement de l’artère, l’une est mécanique et l’autre pharmacologique. La méthode mécanique consiste à rouvrir l’intérieur de l’artère et d’y placer une prothèse permettant de conserver l’ouverture de la coronaire de manière définitive. La méthode pharmacologique quant à elle consiste à appliquer des substances détruisant le caillot.