Les indispensables d’un secouriste sauveteur du travail

Au travail, il est impossible d’atteindre le risque zéro. C’est pour cette raison que la présence d’un secouriste sauveteur du travail dans un cadre d’une entreprise a été rendue obligatoire. Il a pour rôle de protéger, d’examiner les menaces éventuelles, d’alerter et bien sûr de secourir.

 

 

 

Les formations indispensables

De prime à bord, il est important de souligner qu’être un secouriste sauveteur du travail (SST) n’est pas un travail, mais un titre délivré à l’issue d’une formation en secourisme. Cette dernière est accessible à tous les salariés désirant la suivre. En principe, la formation doit être menée sur le lieu de travail du salarié et pendant ses heures de travail. Proposée par des organismes habilités, elle dure 12 heures au minimum. Essentiellement pratique, son contenu sera principalement axé sur le sauvetage au travail, sur la recherche des risques, sur les protections nécessaires ainsi que l’examen de la victime. Au terme de la formation, un certificat de sauveteur secouriste du travail est délivré. Après l’obtention du CSST, le secouriste sauveteur du travail doit suivre un Maintien et actualisation des Compétences. Il s’agit d’une formation de 7 heures tous les 2 ans. Cette formation a pour but d’actualiser les connaissances du SST.

 

Les qualités indispensables

Même si tout salarié peut devenir un SST, certaines qualités sont néanmoins recherchées pour être un bon SST. Avant tout, le candidat doit avoir le souci de venir en aide aux autres. En effet, c’est cette empathie qui va motiver le salarié à sauver des vies et à prodiguer les premiers soins. Il est également indispensable pour l’entreprise d’acheter le matériel nécessaire pour cela. À cet effet, elle peut s’équiper chez Parcelis, spécialiste du matériel de premiers secours.
Ensuite, un bon sens de la responsabilité constitue aussi une qualité incontournable. Un secouriste se doit de savoir agir vite et bien quelle que soit la situation à laquelle il est confronté : un accident grave, un infarctus du myocarde ou crise cardiaque, une brûlure, etc. À aucun moment, il ne doit céder à la panique et à la pression.
Pour finir, un secouriste sauveteur de travail doit aussi disposer d’un esprit de leader et une certaine confiance en soi. En cas de force majeure, il doit prendre des décisions qui peuvent parfois être drastiques.